Dans le cadre de sa lutte contre le tabagisme chez les jeunes, le gouvernement compte augmenter le prix du paquet de cigarettes de 7 euros aujourd’hui à 10 euros d’ici à 2020. Une actualité qui va faire beaucoup parler ces prochains mois !

Le projet gouvernemental de lutte contre le tabagisme

Lors de son discours de politique générale du 4 juillet 2017, Édouard Philippe, le premier ministre Français a annoncé une hausse progressive du prix du paquet de cigarettes allant de 7 euros à 10 euros jusqu’en 2020, soit une augmentation de + 40 % jugée nécessaire pour contribuer à la lutte contre le tabagisme chez les jeunes.

D’après ses propos, Édouard Philippe a l’intention de porter « progressivement le prix du paquet de cigarettes à 10 euros en luttant sans merci contre les trafics qui minent cette politique de santé », avant d’ajouter que « Le tabac en France entraîne plus de 80 000 décès par an.

C’est la première cause de mortalité évitable, et la consommation quotidienne de tabac augmente chez les adolescents. Ne rien faire est exclu ». Durant ce même discours, le premier ministre a également confirmé qu’il s’agit de « lutter sans merci contre les trafics ».

Soucieuse d’améliorer les résultats de la lutte contre le tabagisme, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn espère augmenter « rapidement et fortement, le prix du tabac » dans sa feuille de route présentée à Édouard Philippe. En agissant ainsi, la ministre de la Santé espère faire en sorte que la nouvelle génération soit « la première génération sans tabac ». Et pour y arriver, elle souhaite que le seuil symbolique des 10 euros pour un paquet de cigarettes soit effectif d’ici 3 ans.

Cette démarche est soutenue par Emmanuel Macron qui a déjà fait de la prévention un des atouts de sa politique santé, tandis qu’Agnès Buzyn compte arriver à passer outre l’opposition des industriels et des buralistes. À noter que le tabagisme constitue l’une des premières causes de mortalité évitable en France et entraine chaque année 78 000 décès prématurés, avec un coût social estimé à plus de 100 milliards d’euros.

D’après les données de l’OCDE, la France compte 22,4 % de fumeurs journaliers, et ce, avec un taux « alarmant » de tabagisme des adolescents.

En rappel, la lutte contre le tabagisme appliquée depuis 15 ans utilise une méthode de « stigmatisation du fumeur et discours moralisateur engendrant toujours le même triptyque perdant : restrictions, interdictions, taxation ». Sans oublier la hausse du prix, les messages sanitaires, les photos-chocs sur les paquets, l’interdiction des capsules, et cela, sans aucun effet dissuasif sur la consommation.

La hausse des prix des cigarettes ne limite pas la consommation

Si depuis 2002, le taux de vente de cigarettes a été réduit, cela ne confirme pas une baisse de la consommation parce que les tabacs à rouler ont été plus prisés, avec une hausse du taux de fumeurs quotidiens estimée à 28,7 % d’après le dernier baromètre santé, si ce taux était de 27 % en 2005.

Même si le prix du tabac en France est l’un des plus chers en Europe avec les taxes, les autres pays ont réussi à obtenir de bons résultats, comme en Allemagne où le paquet de cigarettes est vendu à 5,5 euros, mais dont le taux de fumeurs est de 20 %.

Qui plus est, les politiques anti tabagisme de la France ont contribué au développement d’un marché parallèle énorme où le tabac à rouler et les paquets de cigarettes sont désormais achetés au marché noir, à la frontière ou sur le web. Ainsi, 12,3 % des cigarettes arrivées en France viennent des pays frontaliers contre 14,8 % issue de la contrebande.

D’autres politiques anti tabagismes plus efficaces

En réaction à cette hausse du prix des paquets de cigarettes, Éric Sensi Minautier, directeur des affaires publiques, juridiques et de la communication de British American Tobacco France revient sur certains faits dans un article du 24 juillet 2017 paru sur LesEchos.fr. Selon lui, la France n’est pas le premier pays à avoir essayé la politique anti-tabagisme basée sur la hausse des prix des paquets de cigarettes.

Si la Grèce a observé un échec estimé à 400 millions de pertes de recette entre 2011 et 2013, avec une hausse de 11 à 23 % du marché parallèle, l’Allemagne a essuyé une perte de 12 milliards d’euros liés aux hausses de prix du tabac instaurée en 2000.

La solution à envisager serait donc de créer un plan de lutte contre les trafics sur le plan européen, ainsi qu’un cadre fiscal pluriannuel misant sur la hausse des taxes modérées et régulières aidant ainsi à mieux surveiller la filière dans son ensemble. De son côté, l’Allemagne a misé sur une approche préventive et éducationnelle avec des programmes ciblés, alors que le Royaume-Uni a promu le vapotage pour réduire le taux de prévalence tabagique.

Hausse du prix des paquets de cigarettes : la réaction des buralistes

En réaction au projet du gouvernement visant à hausser le prix du paquet des cigarettes à 10 euros contre 7 euros actuellement, 500 buralistes ont neutralisé les radars automatiques dans la nuit du jeudi 20 à vendredi 21 juillet 2017. Dans un communiqué du vendredi, la confédération des buralistes a confirmé que « Quatre cent trente radars automatiques ont été bâchés-recouverts d’un sac plastique, avec une affiche dénonçant le paquet à 10 euros-par cinq cents buralistes dans toute la France, la nuit dernière ».

De son côté, Pascal Montredon, président de la confédération des buralistes avec 25 000 débitants de tabac enregistrés, explique qu’il s’agit d’une action « symbolique » mise en place par la « base qui est très en colère » de la confédération, visant à « protester contre l’annonce d’un paquet à 10 euros, prise sans concertation, juste avant les vacances, au moment où le tourisme des Français à l’étranger-là où le tabac est toujours moins cher-est à son apogée ».

Avec ces nouvelles mesures, la France sera le 5e pays européen qui affichera des tarifs de tabac élevés, alors que le premier rang est occupé par la Norvège où le paquet de Malboro est vendu à 11,23 euros.